You don't need a CMS

Peu de propriétaires de site web ont réellement besoin d'un CMS mais beaucoup ne le savent pas. Ces logiciels sont pratiques, ils peuvent être mis en ligne rapidement et sont livrés prêt à l'emploi, on a la main sur toutes les pages et ils sont généralement en open source et gratuits, permettant donc de créer des sites à moindre coût. On ne résiste pas à de tels arguments. Sauf que...

Le monde de l'Internet n'échappe pas aux effets de mode et la mode est aujourd'hui aux CMS (Content Management System, systèmes de gestion de contenu). Wordpress, Drupal, Joomla, SPIP représentent une part importante des sites web existants.

Il est vrai que pour l'agence web, les avantages sont nombreux :

  • le site est simple à réaliser car le le logiciel est livré prêt à l'emploi
  • l'habillage visuel est facilité par le recours à un template, à choisir parmi les nombreux modèles proposés par l'éditeur et la communauté
  • l'absence de développement procure un gain financier substantiel : l'agence fait appel à un intégrateur, moins cher qu'un développeur
  • le délai de réalisation est rapide
  • l'habitude de travailler sur un logiciel unique permet d'industrialiser la production et donc de gagner en productivité

Cependant pour le client l'avantage du prix est à relativiser singulièrement.

Le principe d'un CMS étant d'être universel, il s'adapte à une multitude de besoins : site corporate, présentation de produits / services, création d'articles et partage sur les réseaux sociaux, vente en ligne…

Cette universalité est obtenue moyennant une grande complexité, ce qui conduit à des difficultés pour le propriétaire / webmaster du site (paramétrage complexe, menus foisonnants, options nombreuses, installation de plugins) et l'oblige à devenir un spécialiste s'il veut en avoir véritablement la maîtrise.

Ces systèmes font appel à un nombre conséquent de librairies (sous-ensembles utilisés par le logiciel), de sorte que les pages peuvent comporter plusieurs milliers d’éléments. Elle sont longues à charger et à afficher dans le navigateur du visiteur. Or, le temps de chargement des pages est maintenant un facteur influent pour le positionnement dans les moteurs de recherche. Logique car cela gêne également le visiteur...

La complexité entraîne aussi une cohorte de mises à jour et de patchs de sécurité, qu'il faut installer sous peine d'encourir des risques notables de sécurité.

Autre point, si des modules spécifiques ont été réalisés, leur fonctionnement peut être remis en cause lors des montées de version, nécessitant la réécriture des modules, avec le disfonctionnement dans l'intervalle et les surcoûts occasionnés.

Word et ses barres d'outils encombréesL'interface est elle aussi compliquée. Les nombreuses options inutiles, à l'image de Word, encombrent l'écran, troublent l'utilisateur, perturbent son travail. Changer un texte est relativement facile, changer une image est bien plus complexe (format, retouches, URL, texte alternatif...), d'autant plus que l'opération, peu fréquente, est sujette à oubli.
Les mises à jour sont ardues, détournant souvent le webmaster de ce qui devient pour lui une corvée. C'est pourquoi on constate tant de sites web laissés en jachère par leurs propriétaires découragés.

Le CMS est bien adapté à un environnement complexe :  statuts multiples de rédaction / administration, gestion de contenus variés, cycle d'édition (rédaction, vérification, approbation). Dans ces conditions, quand un tel investissement est réalisé, le site risque moins d'être abandonné que dans le cas d'une petite entreprise. Pour plus d'information sur les caractéristiques des CMS, on pourra consulter avec profit le site CMS Matrix.

Le CMS se justifie aussi pour les utilisateurs, tels que les collectivités locales ou les grandes entreprises utilisant de nombreux contributeurs, qui veulent gérer leur site elles-mêmes et qui acceptent de faire l'effort d'apprendre le fonctionnement de leur CMS pour le gérer, le mettre à jour, installer les plugins, faire évoluer ses mises à jour… Un vrai métier !

En dehors de ça, peut-on rêver d'autre chose que d'un site au back-office simple et agréable, tellement intuitif que la formation pour l'utiliser est superflue ? Les avantages que l'on obtient d'un site web "non-CMS" :

  • chargement des pages très rapide
  • absence de failles de sécurité
  • stabilité du fonctionnement du site
  • pas de plugins pour les fonctions spécifiques, celles-ci sont développées au même titre que les fonctions de base
  • pas de montées de version perturbatrices
  • pas d'options inutiles dans le back-office
  • une aide en ligne pour rédiger efficacement articles et fiches produit

Et pour voir un cas concret vous pouvez consulter ce témoignage client.

Finalement, et pour parodier le célèbre You don't need a CRM,
la plupart des entreprises n'ont pas besoin d'un outil de gestion de site web
elles ont besoin d'un outil pour prospecter de nouveaux clients !

Tweeter