Vol de nom de domaine

Le business autour du vol de noms de domaine est une activité florissante. Les messages alarmistes en provenance de pays asiatiques se multiplient, incitant à réserver des noms de domaine pour éviter de se les faire voler.

La peur du vol de nom de domaine est un ressort intéressant à exploiter pour les cyber escrocs, semble-t-il. Ces dernières semaines, les propriétaires de noms de domaine européens et américains sont nombreux à recevoir des messages fallacieux et inquiétants. Exemples (ils sont toujours en anglais).

Dear Pierre DUPONT,
Regarding the Domain name dispute and registration case, I have stated clearly about the domain registration rules, under the open registration rules "F.L.A. Investment Co., Ltd" has right to register these domain names...

Suit une liste de noms de domaine que F.L.A. Investment Co., Ltd se propose de réserver et une incitation à le faire rapidement pour éviter d'être victime de cybersquatting. Un grand merci à Derek Lau, le prévenant expéditeur du mail qui vous veut du bien.

Autre exemple :

Dear CEO,
We are an organization specified at dealing with domain name dispute and registration in Asia. We have something important need to confirm with your company. On September 15 2010, we received an application formally. One company named "Sumbleay Investment Co.,Inc" wanted to register following Domain names:

(suit une liste d'une dizaine de ND constitués de la racine de votre nom de domaine et d'extensions en .asia .cn .jp...)
through our body.
After our initial examination, we found that the keywords and domain names applied for registration are as same as your company's name and trademark...

Si vous leur répondez, il vous proposeront obligeamment de faire la réservation des noms de domaine en question pour votre compte moyennant une somme de 290 à 500 $, selon les auteurs.

La bonne réaction consiste évidemment à ne pas répondre à ces tentatives d'arnaque. Derek Lau, Susan, John Wang et les autres ne seront alors responsables que de l'augmentation du nombre de spams. Un moindre mal...

Tweeter